Fleurs de Vie

11 novembre 2021   |   par Nicolas Goudenove

"Ce matin ce sont mes souvenirs de petit garcon
Du plat pays qui remontent à la surface.

De ces tranchées visitées et autres musées de la première guerre,
De ce gaz moutarde évoqué
Et ces innombrables âmes embarquées
Dans d'horribles tourments
Des massacres en plein champ.

Enfant je savourais le bonheur d'une Paix retrouvée,
Avec cette question associée :
Mais pour combien de temps ?

Forcément là aussi me reviennent les paroles
De mon aviateur préféré lorsqu'il évoque
Le monde des adultes, des grandes personnes.

Qu'avons-nous perdu au fur et à mesure des années
Pour que nous puissions même sacrifier
Les belles histoires d'amour et de Fraternité ?

Que ne comprenons-nous pas ou si peu
Que nous soyons à ce point obligés
De revenir expérimenter chaque fois ?

Dans ces tranchées avons-nous pris le temps
De semer de réelles graines de paix ?

Pourquoi tardent-elles encore à pousser ?

Nous préférons c'est vrai nous retrancher si souvent,
En retrait, nous cacher, sans trop oser nous affirmer.

Au risque de confier à d'autres
Nos plus merveilleux espoirs secrets.

Finalement sans doute le plus sûr moyen de ne pas les réaliser.

Et peut-être aussi le plus grand danger,
Nous laisser embarquer par la folie de quelques dérangés
Qui auront su de nous un moment abuser.

En ce jour d'Armistice mon coeur bat complice,
Aux côtés de celles et ceux qui ont fait cet ultime sacrifice.

Les fusils ont rouillé mais je fais le rêve secret
Que les fleurs qui les équipaient à leur extrémité
Vont enfin au grand jour éclore et se propager.

C'est de ce magnifique projet
Que nous sommes les précieux héritiers !

Des rangées de fleurs de vie
A perte de vue.

C'est aussi tout au fond de moi
Un des voeux sacrés du petit Nicolas.

Reste à savoir qui veut bien jardiner à mes côtés
Car là d'où je viens
Il reste de la place pour cultiver de beaux jardins."