D'Âme Nation

26 octobre 2021   |   par Nicolas Goudenove

"Enfer pour Dame Nation ?
Combien de nous sommes prêts à s'en faire une raison ?
En fers et au cachot, serait-ce donc pour bientôt ?
Les nouvelles sombres de nos horizons
Nous font faire en arrière tellement de bonds.
Mais bon, il reste en nous tellement de beau et de bien,
Que l'on doit pouvoir encore nous tendre les mains,
Sans l'épée et le bouclier, ne serions pas déjà quelque peu allégés ?

A condition de refuser de les tendre pour se faire menotter...
Sens l'épée et ce bouclier,
Te rappelles tu en quelles occasions aussi ils étaient là,
Lorsque sonnaient les glas, afin de nous protéger ?

Étrange dilemme lorsque le deal aime est à ce point mal négocié,
Que faire ?, me répète t-on à longueur de journée.

Un genou à Terre, pour se rendre ou pour prier ?

Un "je"-"nous" à taire contre d'autres semblants de vérité,
Ou au contraire tout déballer et dénoncer
De ce que chacun à présent comprend et sait de son côté ?

La noblesse de l'Être n'attend pas le nombre des années,
Et lorsque toute espèce à un moment se sent terriblement menacée,
Ressortent des fourreaux les épées,
Se reforgent de nouveaux boucliers...

Alors en nos temps si fragiles et ô combien menacés,
Quelle armée pour la Paix pourrions-nous encore espérer rassembler ?

La plus grande et puissante que personne encore n'a osé constituer,
Celle pour laquelle, en chevalier servant je suis prêt à m'engager.

Et toi de ton côté, où en es-tu de tes espoirs et regrets ?

Et jusqu'où es tu disposé(e) à tout accepter sur le champ,
A abandonner en un seul instant ?

Qu'as tu retenu des paroles de ces chants de Libertés
Que nos aïeux entonnaient sur d'autres champs...élysées et autres contrées ?"