Parcours par coeur

24 octobre 2021   |   par Nicolas Goudenove

"Des nouvelles du Nouveau Monde,
En veux-tu ?
En voilà ...

De tous les 4 coins de la mappemonde,
On se retend la main, on se reprend dans les bras.

On redécouvre des sourires très lointains
Et des âmes enfin se dévoilent et se parlent.

Ce qui paraît faux fait de moins en moins écho
Car sur la fréquence où vibre les âmes
Il n'y a pas 36 canaux.

Elles se relient et se croisent et d'autres les y rejoignent
Comme un amas d'âmes qui atténue tous les drames
Un monde se désarme sans pugilat, et autres combats.

Sans doute te demandes-tu comment parvenir en cet état,
Sans pass ni murailles,
A deux pas de chez toi.

Et si tu t'y rendais par le chemin le plus court,
Le sentier du grand Amour ?

Il se fait sans détour, et c'est en toi que débute ce parcours.

Nulle part ailleurs alentours, Ni miradors et autres tours
Aucun verrou ni cadenas,
Seule compte cette envie de te retrouver là
Comme tu en as rêvé tant de fois.

Et en vies, cela représente aussi quelques histoires
D'autres haines ou amours,
Dans lesquelles des bons ou mauvais rôles,
Tu as joué toi aussi un jour.

Mais pour ce Monde si nouveau pour beaucoup,
D'anciens te diront point du tout.

De ce tout petit point comme un tout petit rien
Blotti derrière un sein,
Qui te rend bien plus sain en un tour de main.

Celle qui depuis ton cerveau,
Tour de contrôle de tes va et vient,
Peut aussi se détendre ou se retendre et reprendre l'autre main.

De toi à toi, puis à moi, ou à un voisin,
Un cousin, ou un autre être rencontré en chemin.

Une ou un inconnu qui n'en sera plus un.
Seul conte le coeur...qui te rappelle en cours de route,
Ce que le monde dit ancien
Par ses guerres, ses peurs et ses doutes
T'avait fait perdre de vue, et de vie aussi parfois.

Aimer est la seule voie intérieure,
Et la plus douce voix que tu puisses déclarer jusqu'à l'extérieur.

Essaie...tu verras...c'est que du bonheur !

Tu seras de ta vie alors le compositeur
Celui qui depuis cet enfant
Te parle ici, maintenant et de l'Intérieur.
Et ça crois-moi, ça fait chaud au cœur."