Prière aux étoiles

O6 octobre 2021   |   par Nicolas Goudenove

"Il y a ce que l'on teste,
Et il y a ceux que l'on déteste.

Et si l'on allait au-delà
Et si on franchissait un pas ?

Juste afin que ce "on" imprécis et souvent maladroit,
Se transforme en ce "nous"
Auquel de plus en plus je crois.

Alors nous pourrions nous délester de quelque chose
Comme le simple fait de trop détester,
Mettant à mal notre véritable santé,
Diminuant notre naturelle immunité.

Car n'oublions jamais qu'au cœur de chacune de nos contrariétés,
Réside aussi ce qui, de l'intérieur de nos cellules
Peut nous menacer, nous user, nous aliter,
Nous enfermer.

Des tests depuis des milliers d'années,
Nous en avons tellement fait.

A chaque espèce qui n'a pu résister,
A chaque espace un peu plus pollué,
A chaque époque de notre Humanité.

Mais qu'en avons-nous retiré
Si ce n'est que nous sommes à nous seuls
Notre propre voie d'extinction, ou d'évolution,
Seulement de la façon dont nous sommes lunés,
Ou un peu plus satellisés.

A ce jeu pas de quartier, mais juste un nouvel espoir,
Dans la grandeur et la douceur de la nuit
Lorsque cet astre renait,
Et que le désastre disparaît.

De mon côté, poète utopiste et rêveur for ever,
Je n'ai pas d'autre souhait de tester
Ce voeu formulé qui n'est plus un secret,
Juste un pas toujours plus sacré
Dans cet espace et son immensité.

"On" ne "nous" dit pas tout
Il y a aussi tant de magie.

Comme là où des étoiles d'un autre temps continuent de briller,
Alors qu'il se dit qu'elles se sont éteintes
Il y a déjà plusieurs centaines d'années.
Alors entre nous détester ou nous aimer
Demandons-nous seulement quelles traces
Nous préférons à nos descendants laisser,
Si nous voulons leur offrir cette chance d'exister.

Rien que cette idée mériterait d'être testée.

Juste entre nous,
On ne sait jamais
Ça vaut encore la peine d'essayer
De mettre de la magie dans nos vies.

Comme d'autres avant nous l'on fait,
Alors n'oublions jamais nos aînés
Et ensemble disons leur merci
De nous avoir aimé plutôt que détester.

Et ne les oublions jamais
Pour ce que de nous ils ont fait
Car dans nos mémoires
Ils continuent de briller."